Se préparer à une course à obstacles

Je suis maintenant un initier à la course à obstacle! Avec un Spartan Sprint à mon actif, je suis beaucoup plus expérimenté que je ne l’ai jamais été. Sachant maintenant à quoi m’attendre, je sais que je dois développer certaines facette de mon entrainement.

J’ai fais quelques recherches pour pouvoir m’améliorer et, par la même occasion, vous conseillez si vous désirer vous lancer dans ce genre d’aventures!

Être en forme

L’une des premières choses à prendre en compte pour ce genre de compétition, c’est bien sur ça forme physique. C’est très important d’être tres bien préparer pour ce type de course. Il faut avoir travailler sont corps de maniere générale pour pouvoir reussir toutes les obstacles avec brio.

Le cardio, la musculation, l’équilibre et même le stretching doivent être à leurs niveaux maximales lors de notre participation à une course à obstacle.

Conseils pour les débutants:

  • Être capable de se soulever plusieurs fois sur une barre à chin-up;
  • Être capable de courir plus longtemps que la longueur de la course (ex.: Vous faites un 10 km de course à obstacles? Si vous êtes capable de courir seulement 10 km, cette course à obstacles s’annonce pénible;
  • Ajouter des séances d’étirements pour développer sa souplesse;
  • Ne pas oublier d’entraîner votre équilibre! Vous découvrirez surement de nouveaux muscles.

Pratiquer la technique

La forme physique est une chose et l’habilité en est une autre. Vous faites de  5 à 10 kilomètres en course sans même essouffler? Tant mieux, mais  il faut aussi savoir faire autre chose.

Ramper, grimper, nager? Vous savez faire?

Si vous n’êtes pas préparer le moindrement à ces différentes facettes des obstacles, c’est là que vous allez perdre toute votre énergie. Si vous ne connaissez pas les différentes techniques à utiliser pour passer ces obstacles, vous aller doublement brûler votre énergie à essayer une fois ou deux. De plus, vous augmenter les risques de blessures.

La force de l’esprit

L’aspect mental n’est pas a négliger non plus. Il faut se préparer à suer, à souffrir, à avoir mal, à vouloir abandonner. La tête – tout comme les muscles – doit être préparée à affronter les différentes situations que vous aller rencontrer dans le cadre de cet événement.

Le stress, la peur, le vertige, l’essoufflement, la vue du sang, la claustrophobie, des blessures graves, etc. sont toutes des sensations ou des situations que vous pourriez rencontrer dans une courses à obstacles. Les émotions seront au rendez-vous et vous devrez y faire face… ou abandonner.

Je n’ai jamais dit qu’une course à obstacles était une promenade. Vous prendrez des risques et vous serez fatigué, alors garder le focus sur le moment présent pour être à l’affût du danger que vous allez côtoyer.

La nutrition d’un guerrier

 Alimentation ne se gère pas seulement qu’un jour ou deux avant la compétition, il faut absolument maîtriser son alimentation une bonne période avant ça course.Il ne faut surtout pas délaisser son alimentation, car cette aspect fait aussi partie d’une bonne préparation. Notre alimentation joue un rôle clé dans l’apport en énergie durant toute notre vie.

Voir l’article suivant pour en savoir un peu plus sur l’alimentation avant comépétion:

 » Bien manger avant une compétition sportive « 

Boire! Boire! Boire!

J’aurais pu parler de l’hydratation dans l’alimentation, mais je la considère tellement importante que lui ai réservée un paragraphe entier. Sans eau, nous sommes sans vie.

Vous êtes d’accord avec moi, n’est-ce pas?

Et tout comme l’alimentation, il faut prévoir une bonne période à l’avance notre apport en eau. Ainsi, le jour de la compétition, notre hydratation sera à son plein potentielle. Diminuant ainsi les chances tomber par déshydratation ou de prendre un coup de chaleur.

Il faut aussi prévoir, dans la mesure du possible, l’apport en eau durant la course et après celle-ci. C’est tout aussi important que bien s’hydrater avant la compétition.

À corps reposé

Une chose que peu de gens pensent de faire avant une activité ou une séance intense de sport, c’est bien de se reposer. N’attendez pas la dernière journée pour ce faire. Généralement, il faut prendre en compte l’excitation associée à l’activité du lendemain. Le stress montera et occupera très certainement votre dernière nuit, voir même, votre journée toute entière.

Reposer vous quelques jours plus tôt pour bien être sur que vous vous êtes reposé.  Ainsi, vous pourrez peut-être compenser pour cette éventuelle nuit que vous allez passer à tourner en rond dans votre lit.

Vous avez aimé cet article? Croyez-vous qu’il pourrait intéresser quelqu’un de votre entourage? Envoyez-le avec lui!

- – - – -

Photos: FreeDigitalPhotos.net

Pour partagez sur vos réseaux sociaux : Share on FacebookShare on TwitterShare on PinterestShare on GooglePlusShare on Linkedin

About A. Legare

Blogueur à temps partiel sur le monde de l'aventure, Alexandre explore le monde de l'aventure et de l'expédition depuis 2 ans. Il profite des possibilités que lui offre son blogue pour laisser une trace de ses expériences pour que d'autres en profite ou s'en inspire.
This entry was posted in Activité, Aventurier 101, Course à obstacles, Expérience personnelle and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>