La sagesse à notre service pour trouver des sponsors

La recherche de sponsor peut s’avérer très fastidieuse! Pour ma part, je dois avouer que je ne sais même pas par où commencer. Mais pour l’instant, cela ne m’importe peu, car, je ne suis pas encore rendu là dans ma quête pour devenir un aventurier.

Pourtant, j’ai eu la chance de lire une petite histoire, lors d’un défi d’écriture sur le blogue Virtuose Marketing de Cédrick Vimeux, qui m’a inspiré une approche à adopter lors d’une première rencontre officielle pour obtenir du financement.

Donnez-moi vos conseils et vos suggestions à la fin de cet article.

Voici le lien de l’article du défi:

« Les articles du défi… et un nouveau défi ;) « 

Le sultan et le sage

Un jour, le sultan rêva qu’il avait perdu toutes ses dents.

Il se réveilla, effrayé, et fit venir un homme sage pour interpréter son rêve.

« Quel malheur ! dit le sage. Chaque dent perdue représente la perte d’un proche parent de Votre Majesté.

- Insolent ! s’écria le sultan. Comment oses-tu dire une chose pareille ? »

Le sultan appela les gardes et ordonna qu’on lui donne cent coups de fouet. Puis, il exigea qu’on appelle un autre sage, afin d’interpréter son rêve.

L’autre sage lui dit :

« Majesté, un grand bonheur vous est réservé ! Le rêve indique que vous allez survivre à tous vos proches ! »

Le visage du sultan s’éclaira et il fit donner au sage une centaine de pièces d’or.

Quand celui-ci sortit du palais, un courtisan lui demanda :

« Comment est-ce possible ? L’interprétation que tu as faite et la même que celle de ton collègue et pourtant, il a reçu des coups, alors qu’on te donne des pièces d’or !

- Rappelle-toi toujours, l’ami, dit le sage, que tout dépend de la manière dont on dit les choses.

(c) Gérard Szymanski

La manière dont on dit les choses

Pour éviter que nos collaborateurs potentiels ne nous fouettent jusqu’à la porte de sortie, un peu comme cette petite histoire, nous devons nous inspirer des paroles éclairées du second sage : « tout dépend de la manière dont on dit les choses. »

Comment se présenter?

Lorsque l’on approche des collaborateurs potentiels, il important des les aborder avec respect. C’est peut-être évident pour certains, mais pour d’autres qui auraient un peu trop tendance à s’enfler la tête, ce l’est moins.

Soigner son look est aussi primordial. Aller à la rencontrer d’un futur commanditaire n’est pas comme partir une semaine avec son sac à dos. Nous devons avoir en tête que ces hommes sont généralement des hommes d’affaires et qu’il faut leur inspirer confiance. Ils n’auront pas grand confiance à donner à un homme tout dépenaillé.

En rencontrant ces hommes, il est clair que nous devons faire un maximum d’effet lors de notre présentation. Pour se faire, il faut :

  1. Surveillez le débit de sa voix;
  2. Surveillez sa gestuelle;
  3. Maitrisez et peaufinez notre présentation.

Surveillez le débit de sa voix est surement le plus important de tous, car, c’est par la voix que nous trahison notre stress, notre manque de préparation, nos erreurs, etc. Plus le stress augmente, plus le débit augmente aussi. Alors, contrôler le débit.

La gestuelle, tant qu’à elle, vous trahira dans ces extrêmes. Ne pas assez bouger pourrait lancer comme message que vous manquez de dynamisme. Tandis que trop bouger pourrait agresser votre auditoire.

Pour ce qui est de la présentation, je ne vous apprendrais rien si je vous dis que plus c’est beau, plus c’est simple, plus c’est interactif, mieux se portera votre présentation. Bref, faites attention aux détails et cela sera remarqué pendant votre entretien.

Quoi présenter?

Lors que nous nous présentons à ce genre de rencontre, nos interlocuteurs connaissent déjà qui nous sommes professionnellement parlant. Connaissaient-ils tout ce que nous avons vécu? Sont-ils informés des causes dans lesquelles nous sommes impliqués? Ont-ils la moindre idée des événements qui ont fait qui nous sommes?

En nous présentant à eux, il ne faut pas seulement être un aventurier, il faut être quelqu’un. C’est à dire, une personne à part entière avec des loisirs, une famille, une histoire et des valeurs fortes. Il ne faut donc pas seulement présenter ce que nous sommes, mais aussi qui nous sommes.

Des valeurs fortes

Pour que tout le monde bénéficie de cette association entre collaborateurs et aventuriers, connaître ses propres valeurs et celles des éventuels mécènes est impératif. Cette collaboration, si elle devient effective, fera de nous un genre de représentant de nos associés, et eux deviendrons, aussi, nos représentants. Autant  pour eux que pour nous, devront endosser les activités et les éventuelles incartades de l’un et de l’autre.

Sommes-nous donc prêts à nous associer aux activités que pratiquent ces futurs collaborateurs qui vont à l’encontre de nos valeurs? La question se pose aussi dans l’autre sens; nos futurs associés seront-ils prêts à s’associer avec un aventurier qui ne défend pas leurs valeurs ou qui dénigrerait leurs activités?

La réponse est généralement non.

Après vous être renseigné sur les valeurs de vos possibles partenaires, mettez-vous en situation:  des journalistes vous posent des questions sur les activités de vos associés. Ressentez-vous un malaise? Êtes-vous en conflit éthique?

Si oui, il est clair que cette collaboration vous causera quelques tracas.

En cas de refus

Les possibilités de revenir sans commanditaire après ce genre d’entretien est possible. Il faut garder espoir lorsque cela nous arrive, car nous avons toujours la possibilité d’aller voir ailleurs ou de revenir plus tard; mieux préparé.

Notre offre de partenariat peut être refusée pour diverses raisons:

  • conflits de valeurs;
  • nos activités sont incompatibles avec celles de nos interlocuteurs;
  • notre présentation doit être à améliorer;
  • nous avons utilisé la mauvaise manière de présenter notre projet.

C’est très frustrant de se voir refuser un partenariat après avoir travaillé dur sur un projet. Sachez que, très souvent, notre proposition est rejetée, non pas parce que l’idée n’est pas bonne ou que notre projet n’était pas intéressant, mais bien parce que nous n’avons pas utilisé la bonne manière de dire les choses.

En d’autres mots: « Demandez [de la bonne manière], et vous recevrez! »

Simple, mais tellement difficile à appliquer.

Pour ce faire, il n’y a pas mille et une solutions. Il faut bien connaître ses associés potentiels pour utiliser des mots, des concepts et des idées qui vont réellement rejoindre nos interlocuteurs au fond d’eux-mêmes.

Par exemple, une compagnie d’alimentation nationale ne sera pas sensible aux mêmes choses que la boutique de sports spécialisés de notre ville natale. Il nous faudra donc adopter notre approche selon ce qui touche essentiellement nos interlocuteurs.

Conclusion

Pour avoir une réponse positive à notre demande de commandite, à notre projet d’association avec des compagnies ou avec des hommes intéressés de nous financer, nous devons allez un peu plus loin que simplement présenter un projet de partenariat.

Il faut étudier les détails qui font qu’un projet est choisi plutôt qu’un autre.

Les valeurs que vous défendez, les valeurs que défendent vos interlocuteurs, les projets que vous avez, la personne que vous êtes, la qualité de la présentation et les détails sont des facteurs importants lors d’une présentation. Cependant, la manière que vous allez présenter vos intentions  à vos interlocuteurs va jouer beaucoup plus en votre faveur que tous les autres facteurs réunis ensemble.

Si vous faites quelques erreurs dans la présentation, que vous n’êtes pas d’accord sur certains points,  mais que vous avez su atteindre votre audimat droit où il le fallait, tout le reste ne sera que des détails et vous signerez enfin l’entente que vous vouliez obtenir.

Ceci est une réflexion sur l’approche à adopter pour obtenir du financement. Donnez-moi votre avis pour continuer la réflexion…

- – - – -

Photos: FreeDigitalPhotos.net

Pour partagez sur vos réseaux sociaux : Share on FacebookShare on TwitterShare on PinterestShare on GooglePlusShare on Linkedin

About A. Legare

Blogueur à temps partiel sur le monde de l'aventure, Alexandre explore le monde de l'aventure et de l'expédition depuis 2 ans. Il profite des possibilités que lui offre son blogue pour laisser une trace de ses expériences pour que d'autres en profite ou s'en inspire.
This entry was posted in Aventurier 101, Aventuriers professionnels, Sponsor and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to La sagesse à notre service pour trouver des sponsors

  1. C’est ce qu’on appelle savoir rebondir en entrainant le lecteur vers son propre terrain. Tout dépend bien de notre look attitude, état d’esprit pour être efficace dans notre façon de dire les choses pour convaincre. J’ajouterais qu’il faut également savoir dire à l’interlocuteur ce qu’il souhaite entendre comme dans mon article sur le sujet.
    http://jadidalocations.com/blog-maroc/conte-oriental-et-de-sagesse-bouddhiste/
    Bonne chance avec tes sponsors l’aventurier
    @micalement
    Jacky

  2. A. Legare says:

    Merci de ta bienveillance vis-à-vis ma relation avec d’éventuels sponsors Jacky! ;P

    Ton commentaire est un bon résumé de ce que j’ai tenté d’aborder dans cet article.

    J’aime bien l’histoire du « Boudha » que tu donnes dans ton article. C’est un bon complément pour comprendre l’importance de comment présenter une idée pour avoir les résultats escomptés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>